5 activités invisibles et lucratives à démarrer avec moins de 100 000F CFA en Côte d’Ivoire

Fatigué(s) d’attendre le généreux donateur qui financera votre projet et changera votre vie? Si vous  résidez en Côte d’Ivoire, démarrez maintenant ces 5 activités discrètes et lucratives avec moins de 100 000F CFA afin de vous constituer vos premiers revenus plus ou moins réguliers.

Évitons de perdre inutilement du temps : si tu n’as rien, l‘entrepreneuriat reste pour toi du domaine du rêve. Et non, Dieu ne descendra pas du ciel pour t’aider même si des miracles peuvent se produire. Tu veux toi aussi la maison, la voiture, les voyages et te marier. Que faire ?

“L’argent appelle l’argent”

Certaines activités discrètes sont pourtant très rentables. Aujourd’hui nous nous pencherons sur le cas de la Côte d’Ivoire.  Ces activités sont ignorées et souvent mésestimées. Alors qu’elles enregistrent des chiffres d’affaires très intéressants. Bref. Revoyons les bases.

1. Vendeur ambulant d’eau glacée

Qui ne connait pas ces vendeurs à Abidjan ? Ils sont partout, jeunes filles et jeunes hommes. D’abord rencontrés sur les grandes artères et les autoroutes, ils sont aussi visibles dans les voies de quartier avec la concurrence qui grandit. Et pour cause, l’activité donne 100% de retour sur investissement grâce à la chaleur et aux embouteillages insupportables. Les clients en redemandent.

Le mode opératoire : faire son premier achat ou déposer une caution chez un fournisseur grossiste ou 1/2 grossiste qui a besoin d’écouler son stock, puis acheter de la glace à concasser. Total 5 000F CFA. Il y a moins cher pour démarrer, mais c’est déjà une somme acceptable.

Budget de lancement : 5 000 F CFA

 

2. Vendeur ambulant d’emballages alimentaires

Vendeur ambulant

 

On a dit : activités invisibles. Nous y voilà. Ces professionnels ne se fatiguent pas. Ils ont leur vélo, d’une marque spécifique – “babanicongo” – sortent à des heures précises et circulent en boucle. La demande est telle qu’ils n’appellent jamais la clientèle. Ce sont les premiers alliés des commerçants qui, sans eux, n’auraient pas de quoi emballer et servir leurs marchandises. Sympathiques et faciles à vivre, ils se fondent dans le paysage.

Le mode opératoire : récupérer un vieux vélo de village – “babanicongo“- et le repeindre. Les premiers achats entre 30 000F CFA et 60 000F CFA. Ensuite partir de chez soi tôt le matin, le retour sur investissement est plus consistant.

Budget de lancement : 30 000 F CFA

 

3. Distributeur d’huile alimentaire

Cette catégorie de commerçants doit prospecter. Mais le retour sur investissement en vaut la chandelle.

Le mode opératoire : Acheter une barrique d’huile au supermarché, puis reconditionner au détail avec des bidons. Placer le tout dans une trottinette et se faire connaître des commerçants de nourriture à emporter ou maquis (restaurants typiques ivoiriens). Ces clients- ci sont parmi les plus fidèles, pourvu qu’il y ait la qualité et la ponctualité à la clé.

Budget de lancement : Dépend de la quantité que vous achetez. Il y a des barriques de 50, 20 et même de 100L. A vous de voir selon vos moyens. 

 

“Qui ne risque rien n’a jamais rien”

 

4. Vendeur ambulant de mobiliers variés

Pourquoi j’insiste sur la vente ambulante ? Le retour sur investissement est immédiat, ce qui permettra ensuite d’investir durablement. Ces commerçants font la recette de grandes enseignes avec pignon sur rue: meubles tendance, jouets ou accessoires de véhicules, le nécessaire pour meubler son logis sans devoir accumuler les sorties shopping ou les permissions d’absence en entreprise… C’est tout bénef’ pour les automobilistes qui en profitent généreusement.

Le mode opératoire : Ils sont rencontrés partout où se trouvent les vendeurs d’eau glacée. Soit ils ont un pourcentage sur les ventes, soit ils achètent par eux-mêmes et gardent le bénéfice pour eux. Pour démarrer : 80 000F CFA en moyenne, voire 0F CFA s’ils s’entendent avec une enseigne en tant que revendeurs. Qui ne risque rien n’a jamais rien.

Budget de lancement : de 0 à 80 000 F CFA

“Il n’ya pas de petit profit”

5. Revendeur de gibier en porte à porte

Ce type de commerce se fait à chaud et demande de l’observation. Par exemple, vendre des margouillats sautés à Yamoussoukro serait de la pure perte. Cependant, les escargots ou la banane, basiquement tout le monde connaît sur place.

Le mode opératoire : identifier un produit très apprécié et qui est relativement cher au marché, exemple les escargots ou les champignons. Contacter des restaurateurs intéressés puis faire venir la marchandise du bord champs. Réserver une part à proposer de porte-à-porte aux habitants du coin. De quoi faire gonfler son portefeuille très vite, l’idée étant de liquider la marchandise très périssable dès son arrivée et sans délai. L’investissement  minimum est de 50 000F CFA.

Budget de lancement : 50 000 F CFA

Voilà, tu sais tout. Quelle activité as-tu choisie ? Ça dépend de ton environnement immédiat et de tes aptitudes. Aurais- tu d’autres activités à proposer ? En te retroussant sérieusement les manches, et si tu n’as pas peur du soleil, la  galère sera vite un vieux souvenir. Tu pourrais même financer tes rêves d’ingénieur, d’avocat ou de création d’entreprise si tu souhaites seulement rassembler un investissement de départ. Trouve un pôle d’activités très animé et lance-toi.

Il est très important de trouver un moyen simple et efficace de se générer des entrées. Lorsqu’on a une idée “révolutionnaire” ou une ambition élevée, le noeud inextricable est bien souvent le financement. L’une des solutions peut être de lancer une petite activité très simple mais rémunératrice afin d’épargner jusqu’à atteindre la somme nécessaire. Pour aller encore plus vite, intégrez des tontines, par exemple. A vous de voir.

Pour atteindre le sommet d’un édifice il faut emprunter un escalier. Et où se prend l’escalier ? Bah, en bas !

Force à toi !


Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 ⁄ 2 =